Comment Améliorer la Sécurité d'Office 365 | Vumetric Cybersécurité

Comment Améliorer la Sécurité d’Office 365

Améliorer la Sécurité Office 365
Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter

Table des Matières

Office 365 est un précieux outil de productivité et de collaboration. Il offre aux entreprises de nombreux avantages, notamment une collaboration aisée, le travail à distance, l’évolutivité et des dépenses d’investissement réduites. Office 365 s’efforce de garantir la sécurité de l’application et des données des utilisateurs. Cependant, parmi le large éventail de menaces de sécurité allant des logiciels malveillants aux fuites de données et aux accès non autorisés, Office 365 n’est pas entièrement sécuritaire. Les organisations doivent donc être vigilantes pour protéger leurs données contre les acteurs malicieux. Voici neuf mesures pour améliorer la sécurité Office 365 afin de renforcer votre cybersécurité.

1. Mettre en œuvre l’authentification multifactorielle

Normalement, les utilisateurs d’Office 365 disposent d’un moyen de vérifier leur identité lorsqu’ils se connectent à l’application. Ils utilisent un nom d’utilisateur associé à un mot de passe. Malheureusement, bon nombre d’utilisateurs ne sont pas diligents dans la protection de leurs mots de passe.

L’Authentication multifactorielle est utile pour renforcer la sécurité de l’O365. Elle utilise deux ou plusieurs facteurs – mot de passe, empreinte digitale, scan rétinien ou code – pour vérifier l’identité d’un utilisateur et protéger votre système contre les intrusions. Bien que de nombreuses personnes considèrent le MFA comme un problème et un inconvénient, elle est facile à mettre en œuvre et peut prévenir les incidents de nombreuses façons.

Microsoft dispose d’une fonction appelée « Défauts de sécurité ». Lorsque vous activez cette fonction, elle impose l’utilisation de l’AMF dans tous les comptes d’administrateur. Le MFA est une approche simple qui permet aux organisations de sécuriser leur environnement O365 contre les menaces de sécurité et les intrusions.

L’authentication multifactorielle devrait également être appliquée aux utilisateurs sans autorisation d’administration. Bien que ces utilisations ne représentent pas le même risque, elles peuvent compromettre les applications et les services au sein de l’écosystème.

2. Activer la protection avancée contre les menaces (ATP)

ATP de Microsoft est une solution très puissante qui détecte, prévient et répond aux menaces avancées qui peuvent généralement contourner les protections de sécurité traditionnelles telles que le pare-feu, l’antivirus et les solutions de surveillance. La protection avancée contre les menaces de Microsoft donne accès à une base de données des menaces connues qui est mise à jour en temps réel, ce qui permet à ses utilisateurs de connaître les dernières menaces auxquelles les organisations sont confrontées et d’intégrer les données de menaces de tiers dans leur propre analyse.

Avec ATP, vous serez informé de toute attaque, de sa gravité et de la manière dont la menace a été stoppée, quelle que soit l’origine de l’attaque. Comme les attaques de phishing sont en augmentation et restent l’un des vecteurs d’attaque les plus utilisés par les pirates, 365 Advanced Threat Protection peut être très efficace pour identifier les attaques de phishing à l’aide du « Machine Learning » et de sa base de données toujours croissante de sites malveillants connus pour livrer des logiciels malveillants ou tenter de pratiquer le phishing.

Cette solution est l’une des mesures de protection contre les menaces les plus puissantes que vous puissiez avoir en place et garantit que toutes les données de votre équipe SharePoint, Teams ou OneDrive sont bien protégées.

3. Désactiver l’authentification du protocole Legacy lorsque nécessaire

Les protocoles Legacy ne prennent pas en charge les fonctions de MFA mentionné ci-dessus qui contribuent à réduire les risques de cybersécurité. Ils deviennent de bons points d’entrée pour les adversaires qui ciblent votre entreprise. Par conséquent, il est préférable de désactiver l’authentification des anciens protocoles pour réduire les risques.

Si une entreprise doit utiliser des protocoles legacy pour des clients de messagerie électronique plus anciens, ces protocoles ne seront pas désactivés. Les comptes de courrier électronique deviennent une vulnérabilité parce qu’ils sont accessibles via l’internet – il suffit d’un mot de passe et d’un nom d’utilisateur pour y accéder.

Un excellent moyen d’atténuer ce risque est de restreindre l’accès aux protocoles existants à certains utilisateurs qui en ont besoin. En limitant les utilisateurs qui accèdent aux méthodes d’authentification des protocoles hérités, vous réduisez considérablement les vecteurs d’attaque de  l’organisation.

4. Activer les alertes en cas d’activité suspecte

Avec O365, vous pouvez activer la journalisation des activités pour identifier toute activité malveillante dans le système. Néanmoins, le fait d’activer les alertes d’activité suspecte augmente votre efficacité dans la détection des activités suspectes.

Vous pouvez le faire en créant et en activant des alertes pour informer les administrateurs d’événements suspects. Les activités suspectes peuvent être, entre autres, des connexions provenant de lieux anormaux ou de comptes dépassant les seuils d’envoi de courrier. L’activation des alertes peut contribuer à réduire le temps nécessaire à la détection et à l’atténuation des activités malveillantes.

5. Utiliser des mots de passe robustes

Les attaques par « brute force » augmentent chaque jour. Elles peuvent avoir un impact majeur s’ils ciblent des comptes ayant accès à des données d’entreprise sensibles. Un moyen de prévenir les attaques par  » brute force  » consiste à créer des mots de passe robustes qui sont pratiquement impossibles à deviner, même avec des algorithmes avancés. Les mots de passe comportant peu de caractères sont faciles à deviner avec des outils avancés, il faut donc les éviter autant que possible.

Voici quelques règles pour la création d’un mot de passe robustes:

  • Les mots de passe longs sont plus sécuritaires – ils doivent comporter au moins huit caractères
  • Mélangez des symboles, des lettres majuscules et minuscules et des chiffres
  • Évitez les mots de passe évidents comme 123456, abcdefg, etc.
  • Évitez d’utiliser le même mot de passe pour différents comptes.
  • Réviser régulièrement les mots de passe – tous les six mois ou moins

6. Mettre en place l’accès conditionnel

Saviez-vous que de nombreuses organisations subissent des tentatives d’ouverture de session dans d’autres parties du monde à leur insu ? Si votre organisation ne dispose pas d’employés à distance venant du monde entier, il est préférable de mettre en place un accès conditionnel.

Lorsque vous activez l’accès conditionnel, toutes les tentatives de connexion étrangères sont bloquées. Si un haut fonctionnaire part en vacances à l’étranger, il ne peut se connecter à son courrier électronique qu’à l’aide d’un appareil conforme aux normes de l’entreprise.

7.   Intégrer le score de sécurité de Microsoft

Le Secure Score de Microsoft vous permet d’évaluer votre posture de sécurité pour O365 et fournit des recommandations pour l’améliorer. Il offre un tableau de bord centralisé permettant à votre entreprise de suivre les modifications de sécurité dans Office 365.

8. Activer le journal d’audit unifié (UAL)

UAL contient les journaux des services Office 365 comme Azure AD, Microsoft Teams, SharePoint Online et OneDrive. En activant UAL, un administrateur peut accéder à des actions qui pourraient être malveillantes et contraires aux politiques de l’organisation.

N’oubliez pas non plus d’intégrer les journaux à votre outil SIEM existant. De cette façon, vous pouvez relier les journaux O365 à vos solutions de gestion et de surveillance des journaux existantes pour ainsi détecter toute activité anormale.

9. Éduquer vos utilisateurs

Les précautions ci-dessus ne peuvent pas être suffisantes si vous laissez les utilisateurs en dehors de l’équation. Les recherches montrent que 90% des fuites de données sont causées par l’erreur humaine.

Heureusement, les erreurs humaines peuvent être évitées grâce à une formation obligatoire des employés en matière de sécurité. La formation permet de s’assurer que les utilisateurs sont conscients des menaces probables et de la manière de les éviter. Ils deviennent vigilants et évitent les erreurs pouvant avoir des conséquences majeures.

La meilleure pratique consiste à s’assurer que les nouveaux employés suivent une formation à la sécurité avant d’utiliser des dispositifs organisationnels et de manipuler des données d’entreprise sensibles.

La Conclusion sur Comment Améliorer Votre Sécurité Office 365

De nombreuses organisations migrent vers Office 365 pour profiter de ses fonctions de collaboration, de productivité, de flexibilité et de réduction des coûts. Bien qu’O365 soit un outil indispensable pour les entreprises, il est vulnérable aux menaces de sécurité. Aussi, n’hésitez pas à nous contacter pour évaluez vos risques en cybersécurité.

Bien que Microsoft consacre des millions de dollars à la protection des données des utilisateurs de l’application, il est conseillé de prendre des mesures de sécurité pour maximiser la sécurité de votre O365, car une simple erreur ou une mauvaise configuration peut rendre les mesures de sécurité de Microsoft inutile.

Votre O365 Est-il Sécurisé et Bien Configuré?

Récents Articles du Blogue Vumetric

Qu’est-ce qu’un Test d’Intrusion?

Les tests d’intrusion sont une simulation autorisée d’une cyberattaque sur les technologies d’une entreprise. Vous avez peut-être aussi entendu parler de « Pentesting » ou de « Piratage Éthique ». L’objectif...

Test d’Intrusion Interne vs Externe

La cybersécurité est un élément essentiel des opérations de toute organisation et dicte souvent la fiabilité d’une entreprise dans le monde des affaires numériques d’aujourd’hui. Si vous gérez vos...

Évaluez Vos Risques

Un spécialiste vous contactera afin de:

Restez Informez!

Abonnez-vous pour rester au fait des dernières tendances, menaces, nouvelles et statistiques en cybersécurité.